Les Amis de l’Archéologie Palestinienne

Rapport du Dr. Sonia Nimr

Congrès du L’ICMAH, Tunis,2002

article mis en ligne le samedi 26 juillet 2008

En 2002, Noha Rashmawi Présidente de l’A.A.P, à répresenter le département de l’archéologie dans ce congrès, Le Dr. Sonia Nimr n’avait pas pu assister, elle avait été également empêché par l’armée israélienne.

Historique

Le premier musée de Palestine fut créé en 1923. Le Conseil Islamique Suprême établit un musée islamique dans l’enceinte même du Haram El Sharif (La mosquée d’AI Aqsa).

Les collections de ce musée étaient composées d’une variété d’objets archéologiques ainsi que d’une collection de manuscrits assez rares. En 1938, le musée archéologique de Palestine a été ouvert au public par le Gouvernement anglais mandaté. Il a été possible de le réaliser grâce à de généreux dons du millionnaire américain Rockefeller.

Le musée archéologique de Palestine possède une importante collection d’objets archéologiques mis au jour au cours des fouilles organisées en Palestine entre les années 1930 et 1967.

Le musée possédait également une belle collection d’inscriptions et de monnaies ainsi qu’une part des objets du Palais Hisham de Jéricho. Le bâtiment qui abrite le musée est lui même une œuvre d’art.

Le musée archéologique de Palestine est passé sous l’autorité israélienne en 1967, lorsque Jérusalem fut occupée. Le Département des Antiquités israélien occupa les bureaux du département des antiquités palestinien.

Aujourd’hui le musée archéologique est encore sous l’autorité israélienne et son sort est en liaison directe avec Jérusalem même, en attendant les résultats des négociations de paix.

Le musée archéologique d’Hebron a été fondé au début des années soixante pendant la domination jordanienne. Il possède une collection de poterie, des objets provenant d’anciennes tombes et une collection de monnaies.

Il est également passé sous l’autorité israélienne et a été placé sous la direction d’un officier des antiquités israélien. Depuis il a été négligé et laissé sans entretien. Le palais Hisham de Jéricho eut le même destin.

Les deux musées furent par la suite fermés au public. Après l’occupation de 1967 de la Cisjordanie et de Gaza, Il y eut une importante prise de conscience de la part des palestiniens relative à leur patrimoine culturel, qui devenait un moyen de préserver leur identité.

Afin de concrétiser cette prise de conscience, quelques musées ethnographiques furent crées localement dans les territoires occupés, on peut citer celui de Dar el Tefel à Jérusalem, le musée du folklore à Bethleem et le musée de In’ash al Ossra, à AI Bireh.

Créer un musée archéologique était strictement interdit dans les territoires occupés par l’autorité israélienne.

Avec l’avènement de l’autorité palestinienne en 1994, de sérieuses préoccupations furent axées vers le problème des musées.

La Direction Générale des Antiquités créa un département des musées au sein du Ministère du tourisme et des antiquités.

De nombreux bâtiments dans différentes villes furent restaurés et réhabilités par le Département des antiquités dans le but d’abriter des musées.

Réalisations et planification :

Au mois de juillet 2000 le musée d’AI Bad consacré à la production de l’huile d’olive fut ouvert au public. C’est une huilerie qui date du I8e siècle, qui a été restaurée et réhabilitée par le département des Antiquités entre 1997-1999.

Le musée expose au public une collection d’objets archéologiques et ethnographiques relatant l’ensemble du processus de production de l’huile d’olive depuis la cueillette des olives jusqu’à la production de l’huile.

L’exposition montre également les outils et les différentes utilisations de l’huile d’olive pour l’éclairage, l’alimentation, médical en et en tant que produit cosmétique, de même que les différentes utilisations de ce produit dans l’industrie pour la fabrication du savon.

Le musée expose également des exemples d’objets de l’artisanat fabriqués à partir du bois d’olivier.

Le Musée du Palais Hisham :

L’inauguration de ce musée était prévue pour le 5 octobre 2000, mais compte tenu de la situation politique qui prévaut actuellement, elle a été remise à une date indéterminée.

Ce musée, situé à 2 km du centre de la ville de Jéricho, est situé dans le bâtiment dénommé le palais Hisham, l’un des monuments les plus spectaculaires d’une chaine de palais édifiés dans le désert syrien au S’ siècle par le Calife Omeyyade Hisham Ben Abel Malik.

Le musée est un bon exemple de musée de site exposant des objets, de la poterie de la première période islamique et qui a été découverte dans ce palais.

Le musée archéologique d’Hebron :

La prochaine inauguration prévue par notre département est celle du musée archéologique d’Hebron. Il est situé au cœur même de l’ancienne ville d’e Hebron à proximité de la mosquée de Al Ibrahimi.

Le bâtiment est un vieux monument de bain privé de l’époque Mamlouk avec une structure assez extraordinaire, qui fut restaurée par le département des Antiquités et qui a pu retrouver son ancienne splendeur.

Le musée abritera également une collection archéologique couvrant une période allant de l’âge du bronze jusqu’à la période islamique.

Notre travail au sein de ce musée va au devant de plusieurs difficultés : la plus importante étant la présence de colons israéliens armés et qui occupent plusieurs quartiers de la vieille ville de Hebron, et contrôlent plus particulièrement les toits du musée.

Le programme pour l’avenir :

Le département des musées a déjà planifié l’ouverture de quatre autres musées de site. Le musée de Tulkarm situé au centre de la veille ville de Tulkarm. Il occupera les locaux d’un bâtiment historique du 19e siècle.

Ce bâtiment était à l’origine la maison du gouverneur ottoman, il a été restauré et réhabilité afin d’abriter le musée.

- Le thème de l’exposition de ce musée sera axé sur « Tulkarm à travers les âges »

Les objets recueillis au cours des fouilles, qui furent organisées dans cette région, vont mettre en valeur l’histoire ancienne de la région de Tulkam et de son développement historique.

Les collections ethnographiques exposées représentent le développement culturel de la région à l’époque contemporaine.

Le musée de Ramallah :

Le musée est situé dans la vieille ville de Ramallah, à 15 km au nord de Jérusalem, dans un bâtiment historique de la fin du siècle dernier.

Les collections qui Y seront exposés ont été mises au jour au cours de fouilles dans la région de Ramallah. Ainsi qu’une collection ethnographique représentant la spécificité du patrimoine culturel de la région.

Le musée de Sabastia :

Ce musée est situé au centre de la ville historique de Sabastia Il occupe les locauxd’unecathédraledel’époquebyzantinedu12e siècle, qui abrite la mosquée de Nabi Yahia, et des objets représentatifs des périodes islamiques mamelouk et ottomane.

Le bâtiment englobe également une petite chapelle et une salle qui contenait des tombes de saints. On y voit deux grandes salles, qui ont été restaurées par le département des Antiquités et où seront exposés les objets archéologiques de l’ancienne Sabastia.

Le musée de la crypte de la Nativité à Bethléem :

Au cours de la construction du bâtiment du centre de la Paix, à proximité de l’église de la Nativité à Bethléem, des fouilles ont été organisées sous un poste de police situé dans cet emplacement Les fouilles, menées par le département des antiquités en 1998, ont montré que le site a été occupé sans interruption entre la fin de la période byzantine et la période ottomane.

Une église byzantine avec un pavement en mosaïque fut mise au jour sur le site.

Il fut donc décidé dès le départ de construire un musée archéologique au rez de chaussée de ce Centre de la Paix. Ce musée abritera les objets recueillis au cours de la fouille de ce site ycompris le pavement de mosaïque, ainsi que les objets recueillis au cours de fouilles dans la région de Bethléem.

Le programme éducatif :

En créant de nouveaux musées nous ne visions pas uniquement l’exposition et la conservation des trésors de notre patrimoine, nous espérons aussi faire de ces musées des institutions à but éducatif. Notre programme éducatif s’adresse à toutes les tranches d’âges en focalisant bien sur les enfants.

Nous essayons d’utiliser tous les moyens possibles, tels que des conférences, les ateliers et le théâtre afin que nos musées soient des centres éducatifs et d’apprentissage mais aussi des lieux de loisirs. Nous allons essayer également de travailler en concertation avec le programme éducationnel à l’échelle nationale afin d’offrir le maximum de possibilités d’apprentissage au sein de nos musées.

Dr. Sonia Nimr
Ministère du Tourisme et des Antiquités
La Direction générale des Antiquités, Département du Musée
Voir en ligne : ICMAH

Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 8064

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site L’Archéologie et le patrimoine culturel, le cœur de la (...)  Suivre la vie du site Direction des Antiquités et de L’Archéologie Palestinienne  Suivre la vie du site Projets du Département   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2d + ALTERNATIVES

Creative Commons License